Livre d’Or

« Des liens qui nous élèvent, qui nous enlacent, qui s’entrelacent, s’emmêlent et se démêlent… pour mieux nous envelopper de douceur, de lumière, de soleil, de pénombre parfois. Des liens qui nous unissent en tout cas…. »
MH. janvier 2021

« Tout un univers qui nous transporte au plus profond de nous mêmes, dans le rêve, la sublimation, merci l’artiste »
DR. février 2021

« Une belle résonance dans les couleurs et les symboles »
SF. février 2021

« On sort de l’exposition comme après une promenade en plein soleil… Merci»
ME. février 2021

« Je suis très heureuse d’accueillir Gabriel CYTAL au sein des Ateliers AGORA. Il n’est pas seulement un ami mais aussi et surtout un artiste passionné et plein de talent, au futur artistique prometteur »
IB. mai 2021

« Toujours aussi lumineux »
ML. mai 2021

« Belle découverte d’un artiste inspiré par l’humanité. Que cela est bon de voir l’optimisme et le bonheur en peinture ! On reviendra suivre les aventures des personnages »
SV. mai 2021

« Bravo Gabriel pour votre démarche artistique si originale. J’ai bien fait de monter quelques marches et en les montant j’ai été éclairée. »
MB. juin 2021

«Il est loin le temps de l’indécis, ce temps où les eaux primordiales habitaient un monde flou, indistinct du ciel, secouées aux quatre vents, dans un temps sans temps qui passe. Mais la houle s’agace et dessine des lignes de crête, sépare les espaces : alors, la lumière peut enfin entrer. Elle explose en couleurs brutes : jaune, rouge bleu. Elles ne s’additionnent pas, elles se mélangent, puis s’assagissent. C’est que chacune cherchant à sortir du lot, elles se déplacent, percent la toile, dansent puis trouvent leur place, non sans quelques rapports de force. Car l’œil veille, les couleurs ne peuvent se marier librement et glissent irrémédiablement vers leur complémentaire. Enfin harmonisées, elles peuvent distinguer et offrir des scènes sages sur lesquelles tout peut se jouer.

Il faut alors monter d’un étage.
Là, la vie suit son cours, les hommes cheminent. Ils semblent tous affairés en route vers quelque part. Petits essaims de désirs particuliers avançant sans se presser dans des halos ocrés, ces voyageurs discrets avancent à pas feutrés, alors que doucement le soleil se lève.
Nul se sait ce qu’ils se racontent à eux- même, ils semblent si concentrés, en marche vers quelques desseins secrets à moins qu’ils ne cherchent qu’un peu de sérénité dans un monde trop pressé.
Et qui sait, quelques téméraires épris de liberté auront peut- être envie ce soir de quitter leur toile afin de venir trinquer et vous glisser discrètement à l’oreille toutes les histoires que Gabriel Cytal vous a, ce soir, présenté.  »
BH. Septembre 2021

« Une sensibilité magnifique et une immense capacité à conscientiser : dans sa peinture on retrouve l’étincelle de la félicité
FY. février 2022